METROPOLE DU GRAND NANCY CONCERTATION PREALABLE

LA LIGNE 1 DE TRAM EST L'AXE STRUCTURANT DU RESEAU DE TRANSPORTS EN COMMUN DU GRAND NANCY. SON RENOUVELLEMENT A HORIZON 2022 ET SES PROJETS D'EXTENSION SE CONCOIVENT AUJOURD'HUI. DECOUVREZ LE PROJET ET DONNEZ VOTRE AVIS.

 

Mot d'André Rossinot, Président de la Métropole du Grand Nancy :

Avec le lancement de la concertation préalable dédiée au renouvellement et l’extension de la ligne 1 de tram, c’est une nouvelle page qui s’ouvre pour notre Métropole. À l’horizon 2023, nous serons dotés d’un transport moderne, performant et confortable, capable d’accueillir 65 000 voyageurs par jour. L’objectif est de créer une véritable colonne vertébrale, pour les 30 ans à venir, qui irriguera le quartier de Vand’Est-les Nations à Vandoeuvre-lès- Nancy, dans le cadre du nouveau Programme de Renouvellement Urbain, Artem, Nancy Grand Coeur, les Rives de Meurthe, Saint-Max et Essey-lès-Nancy. Le projet desservira également le Technopole Henri Poincaré, le CHRU, les universités et les nombreuses entreprises implantées. Ce grand projet est un porteur d’image positive, en lien avec l’évolution des mobilités dans le bassin de vie.
 
La phase de concertation, qui s’ouvre du 27 novembre au 27 janvier, est de la plus haute importance car elle doit permettre à chacun de s’exprimer. Pour assurer le plus haut niveau de concertation, nous avons fait appel à la Commission nationale du débat public pour nous accompagner dans ce processus. Dans cet esprit, le préfet honoraire Régis Guyot s’assurera que la concertation soit effi cace et touche le plus grand nombre de personnes possible. Sur quoi devrez-vous exprimer ? Sur plusieurs points majeurs du projet, tels que le choix du matériel roulant, les diff érentes possibilités pour desservir le plateau de Brabois, mais aussi les scénarios d’extension du tracé.
 
Parce qu’il n’y a pas de dialogue sans un socle commun d’informations, ce document pédagogique vous permettra de mieux connaître ce projet majeur pour l’avenir de la Métropole, avant de donner votre avis grâce aux nombreux supports et rendez-vous qui vous sont destinés.

 

Mot de Christophe Choserot, Vice-président délégué aux études sur le renouvellement de la ligne 1 :
 

Écouter, échanger, analyser et mieux comprendre les attentes et les besoins de chacun d’entre vous : c’est l’objectif de la concertation préalable qui permettra d’enrichir le projet de renouvellement et d’extension de la ligne 1. Parce que les usagers sont des experts du quotidien, nous avons souhaité une participation la plus large et la plus effi cace possible. Nous avons ainsi demandé à la Commission nationale du débat public de désigner un garant, en la personne de Régis Guyot, qui nous suivra du 27 novembre au 27 janvier.
 
Pour faire vivre cette concertation, des notices de présentation du projet et une exposition sont mises à disposition au siège de la Métropole du Grand Nancy et dans chacune des 20 mairies du territoire. Des réunions publiques, des ateliers participatifs et présentations en plein air, sont proposés dans des sites à proximité du tracé. Vous pourrez donner votre avis sur la plateforme de concertation numérique www.avenirligne1.jenparle.net ou dans les registres disposés dans chacune des 20 mairies, et au siège de la Métropole du Grand Nancy. En attendant, cette publication vous permettra de vous faire une première idée sur ce grand projet, qui nous permet de nous projeter dans l’avenir de notre territoire.

427a7605
Comprendre le projet
QUEL AVENIR POUR LA LIGNE 1 DU RÉSEAU STAN ?
 

Transportant chaque jour 45 000 voyageurs, la Ligne 1 représente l’axe structurant du réseau de transports en commun du Grand Nancy. Son renouvellement et ses projets d’extension visent à offrir un système de transport performant, robuste et fiable, qui corresponde mieux aux besoins des usagers d’aujourd’hui et de demain. L’objectif est aussi de favoriser l’intermodalité car la réflexion menée autour de la Ligne 1 dépasse le seul périmètre de la Métropole. Elle s’inscrit dans une échelle bien plus large et doit prendre en compte les déplacements de l’ensemble d’un bassin de vie, celui du Sud de la Meurthe-et-Moselle.

LA NÉCESSITÉ DE CHANGER

Au début des années 2000, la Communauté urbaine du Grand Nancy a choisi la technologie TVR (Transport sur voie réservée) pour équiper la Ligne 1 de son réseau de transports en commun. Ce matériel roulant hybride pouvait circuler aussi bien sur un rail central pour la majeure partie de son tracé, ou sur route notamment pour gravir la forte pente menant au Plateau de Brabois. Il a permis de s’aff ranchir du relief mais il a subi des dysfonctionnements et ne peut perdurer au-delà de 2022, date à laquelle le TVR générera des coûts de maintenance bien trop élevés. Il faut donc changer de technologie car le véhicule n’est plus fabriqué. Le projet de renouvellement et d’extension de la Ligne 1, la plus fréquentée, est l’occasion de faire passer sa capacité de 45 000 voyageurs/jour à 65 000 pour répondre aux besoins estimés dans l’avenir.

FAVORISER LES CONNEXIONS AU-DELÀ DE LA MÉTROPOLE

La Métropole du Grand Nancy se situe au coeur d’un bassin de vie et d’emploi qui dépasse le territoire de ses 20 communes. Les habitants du sud du département eff ectuent 1,9 million de déplacements quotidiens, dont 70 % concernent la Métropole*. Tous les jours, plus de 80 00 personnes rejoignent le Grand Nancy pour travailler, se former ou se distraire. Le projet de Ligne 1 doit donc favoriser la coordination des diff érents modes de déplacements par des correspondances avec les TER, lignes de bus, parkings relais reliés aux axes routiers, etc. L’objectif est de répondre aux besoins des usagers de l’ensemble du bassin de vie de la Métropole. Cette stratégie est menée en concertation avec le syndicat mixte des transports suburbains et la multipôle Sud Lorraine.
* Enquête ménages-déplacements 2012-2013.

UNE VASTE RÉFLEXION

Pour conduire les analyses nécessaires et dessiner l’avenir de la Ligne 1, le Grand Nancy a fait appel dès 2014 à un bureau d’étude spécialisé dans les transports urbains, EGIS. Les études préalables ont fait ressortir la possibilité de porter la fréquentation quotidienne de cette ligne à 65 000 voire 70 000 voyageurs par jour. Cette demande de transport aujourd’hui non satisfaite explique en partie les saturations récurrentes, particulièrement sur la partie centrale (entre la station Barrois à Saint-Max et le carrefour du Vélodrome à Vandoeuvre-lès-Nancy). Ce tronçon concentre 76 % des usagers de la Ligne 1.

 

QUEL(S) VÉHICULE(S) POUR LA FUTURE LIGNE 1 ?

 

LE TRAMWAY SUR RAILS

Offrant jusque 300 places, le tramway sur rail permettrait de transporter 65 000 voyageurs chaque jour. La voie ferrée sur laquelle il circule permet des interconnexions avec des trains. Ce matériel choisi par de nombreuses grandes agglomérations françaises (Strasbourg, Dijon, Besançon…) est produit par plusieurs constructeurs. Sa durée de vie est estimée à 30 ans (contre 15 ans pour le Bus à Haut Niveau de Service). Son principal inconvénient : son incapacité à circuler sur des pentes supérieures à 8,5 %.

 

 

LE TRAMWAY SUR PNEUS

Lui aussi pourrait transporter 65 000 personnes par jour. Et contrairement à son concurrent sur rails, il peut gravir des pentes (jusqu’à 13%) et s’insérer plus aisément dans la ville. En revanche, il est incompatible avec des interconnexions tram-train et, surtout, il n’y a qu’un seul constructeur. Enfin, si la durée de vie du matériel est de 30 ans, la plateforme exige de grosses réparations tous les 10 ans.

 

 

LE BHNS (Bus à Haut Niveau de Service)

Déployé sur la Ligne 2 du réseau Stan, le BHNS permet de transporter 45 000 à 50 000 voyageurs par jour. Ce serait insuffisant pour répondre aux besoins de la Ligne 1, qui serait saturée dès sa mise en service. La transformation de la ligne en BHNS impliquerait de reprendre les stations, d’élargir la voirie pour permettre aux véhicules de se croiser en toute sécurité (rue Saint-Jean par exemple) et donc de rétrécir les trottoirs.

 

 

Pour en savoir plus sur le fond du projet, rendez-vous à la rubrique "Bibliothèque" de ce site.